,

Collégiens-citoyens à Belfort

Le collège Vauban, situé en périphérie de Belfort, mène depuis six ans une politique éducative exemplaire autour de la citoyenneté et des valeurs républicaines. Calme, concorde et discipline.

Jean-Jacques Fito, principal du collège Vauban à Belfort : « A chaque rentrée, nous veillons à la sécurité de tous en imposant l’ordre, le calme, la concorde et la discipline. » Photo F. Z

 

Transformer un établissement classé en réseau d’éducation prioritaire et dénué d’image de marque en collège d’exception : tel est le pari fou gagné par le principal Jean-Jacques Fito et son équipe. « Notre bassin de recrutement mêle ville et campagne », explique-t-il, « avec le quartier périphérique des Glacis, dix communes rurales et la vieille ville de Belfort jusqu’il y a un an. Cela crée les conditions d’une véritable mixité sociale, mais il a fallu avant tout combattre l’évitement et transformer profondément l’image du collège. Tout passe par la transmission des valeurs. L’équipe enseignante, qui est solide, solidaire et remarquablement engagée, a complètement rénové ses politiques éducatives en s’appuyant sur les points forts de chacun, dans une démarche cohérente. »

Cette dernière a coïncidé avec la rénovation des locaux, ce qui a permis d’imposer un réaménagement moderne et fonctionnel. Les enseignants ont lancé des projets innovants, comme le numérique et l’accompagnement pédagogique ciblé. « La transmission des valeurs républicaines s’est inscrite naturellement dans ces choix », commente Jean-Jacques Fito, « avec la création d’une place de la République fédérant depuis quatre ans les actions menées autour de la devise républicaine. Elle va laisser la place à la République sans frontières, pour un nouveau cycle de lutte contre les inégalités. L’idée est de faire en sorte que chacun trouve sa place tout en conservant sa singularité. » Une politique qui fait mouche auprès d’élèves d’origines diverses, qu’elles soient résidentielles, sociales, ethniques ou culturelles.

Avec les parents

Pour le principal belfortain, « c’est un condensé de la société française sur lequel il faut édifier un sens commun. A chaque rentrée, nous veillons à la sécurité de tous en imposant l’ordre, le calme, la concorde et la discipline. C’est la garantie d’un climat scolaire apaisé. » Cela suppose un niveau de tolérance zéro, comme l’assume Jean-Jacques Fito : « Les sanctions peuvent même s’appliquer au transport scolaire, si un chauffeur de bus nous signale un mauvais comportement. » Un combat de chaque instant, mené avec les parents : « Ils ne savent pas ce qu’est un ado en groupe, avec des repères affectifs et corporels qui changent, et nous les réunissons régulièrement, en les écoutant et en les formant. Par exemple, ils travaillent avec nous à la prévention des risques sur internet, dans le cadre du plan numérique dont nous sommes préfigurateurs. » Les résultats étayent la démarche : de 434 élèves en 2010, le collège Vauban est passé à 670 de nos jours et a obtenu 95 % de réussite au brevet 2016, le meilleur du département.

François ZIMMER – EST RÉPUBLICAIN

Une mutation numérique encadrée

Avec le soutien du conseil départemental, chaque élève du collège Vauban utilise une tablette, mais sans accès aux réseaux sociaux. « Nous organisons des ateliers pratiques afin de permettre une utilisation maîtrisée du numérique, avec un paramétrage de la protection parentale », explique Jean-Jacques Fito. Ce qui n’empêche pas la responsabilisation : certains élèves utilisent des espaces de travail individuel ou collectif, accessibles avec un pass. Autres caractéristiques du collège : un atelier-philo dès la 4e , le port du drapeau national le 11 novembre en alternance avec d’autres collèges, des sanctions sous forme de TIG (travail d’intérêt général). Avec, à la clé, l’obtention en 2016 à la Sorbonne du prix laïcité remis par les amis de Jean Zay, l’unificateur des programmes scolaires, en présence de Najat Vallaud-Belkacem. (En savoir plus)